Le mot du Président


Des deux termes de l’échange, pollinisation d’une part et approvisionnement d’autre part, qui caractérisent la relation des abeilles aux plantes, un troisième protagoniste, l’homme, tire le plus grand profit.

 

Quiconque pense au rôle bénéfique de l’abeille imagine d’abord abondance de miel et de cire. Mais il ignore souvent à quel point l’impact économique et écologique des abeilles est surtout lié à leur rôle irremplaçable dans la fécondation  des plantes cultivées et sauvages.

 

Les arboriculteurs passent souvent des contrats avec les apiculteurs pour qu’ils disposent des ruches dans leurs vergers : les deux parties ont tout à gagner.

 

Ceux qui traitent à grand renfort de pesticides et, qui de plus est, en période de floraison, paraissent bien ingrat  mais la logique productiviste a ses raisons qui s’embarrasse peu de quelques mouches fussent-elles à miel.

 

Le Président

 

logo

Code Couleur Marquage Reines

QueenColors


Accès adhérent